Règle du jeu Sittuyin Burmese Chess

Sittuyin ( birman : စစ်တုရင် ), également connu sous le nom d’échecs birmans , est un jeu de société de stratégie créé au Myanmar . C’est un descendant direct du jeu indien du chaturanga , arrivé au Myanmar au 8ème siècle et fait donc partie de la même famille de jeux comme les échecs et le shogi . Sit est le mot birman moderne pour « armée » ou « guerre » ; le mot sittuyin peut être traduit par « représentation des quatre caractéristiques de l’armée » : char, éléphant, cavalerie et infanterie.

Dans son pays d’origine, le jeu a été largement éclipsé par les échecs occidentaux (internationaux), bien qu’il reste populaire dans les régions du nord-ouest. [1]

Conseil
Le tableau sittuyin se compose de 64 carrés, 8 lignes et 8 colonnes, sans alternance de couleurs. Le plateau comporte également deux lignes diagonales d’un coin à l’autre, connues sous le nom de sit-ke-myin ( birman : စစ်ကဲမျဉ်း , lignes du général).

leurs
Les pièces sont généralement en bois et parfois en ivoire. La hauteur des pièces varie selon la classe. Les couleurs officielles des pièces sont le rouge et le noir.

Min-gyi ( birman : မင်းကြီး , “roi”, analogue au roi des échecs occidentaux)

1 pièce par joueur. Il peut faire un pas dans n’importe quelle direction.

Mouvement du général

Le mouvement de l’éléphant
Sit-ke ( birman : စစ်ကဲ , “général”, analogue à la reine des échecs occidentaux)

1 pièce par joueur. Il peut se déplacer d’un pas dans n’importe quelle direction diagonale (comme dans shatranj ) .
Sin ( birman : ဆင် , “éléphant”, analogue au fou aux échecs occidentaux)

2 pièces par joueur. Il peut se déplacer d’un pas dans n’importe quelle direction diagonale ou d’un pas en avant (comme le général argent au shogi ).
Myin ( birman : မြင်း , “cheval”, analogue au chevalier des échecs occidentaux)

2 pièces par joueur. Il peut sauter deux cases horizontales et une case verticale, ou deux cases verticales et une case horizontale, comme le chevalier aux échecs occidentaux.
Yahhta ( birman : ရထား , « char », analogue à la tour aux échecs occidentaux)

2 pièces par joueur. Il peut déplacer n’importe quel nombre de cases libres dans quatre directions orthogonales.
Nè ( birman : နယ် , « seigneur féodal », analogue au pion des échecs occidentaux)

8 pièces par joueur. Il peut avancer d’un pas mais ne peut pas reculer. Il capture un pas en diagonale en avant.
Règles

Un poste après la phase de configuration est terminé
Seuls les seigneurs féodaux ( pions ) sont sur le plateau en position initiale. Le jeu commence avec le joueur rouge (représenté ici avec des pièces blanches), suivi du joueur noir, plaçant arbitrairement ses autres pièces sur sa propre moitié du plateau (appelé sit-te ou déploiement de troupes) : les chars peuvent être placés sur n’importe quel endroit. carré sur le rang arrière. Dans les tournois officiels, un petit rideau est utilisé au milieu du plateau pour empêcher les joueurs de se voir déployés pendant la phase sit-tee . L’une des ouvertures de jeu possibles est indiquée dans le schéma.

Les seigneurs féodaux sont promus généraux lorsqu’ils atteignent les lignes diagonales marquées sur le plateau. La promotion n’est possible que si le général de ce joueur a été capturé. Si le joueur a un seigneur féodal sur une case de promotion et que son général n’est plus sur le plateau, le joueur peut (s’il le souhaite) promouvoir le seigneur féodal au rang de général au lieu de faire un mouvement. Un seigneur féodal qui passe la case de promotion ne peut plus promouvoir.

Le but du jeu est de khwè ( échec et mat ) le roi adverse. Il n’est pas permis de mettre l’adversaire dans l’impasse .

Dans la version rapportée dans A History of Chess en 1913, une partie de sittuyin comportait trois étapes :

Huit mouvements chacun : l’ étape sit-te décrite ci-dessus, mais aucune restriction sur le placement des chars ; Murray n’a pas mentionné de rideau. De plus, un joueur pouvait placer une pièce là où se trouvait l’un de ses pions et, dans le même mouvement, placer ce pion dans une case libre derrière sa rangée de pions.
Deuxième étape : à chaque coup, chaque joueur déplace n’importe laquelle de ses pièces (pas un pion) vers n’importe quelle autre place vide de sa propre moitié du plateau, en ignorant les règles de déplacement habituelles. Ou bien ils peuvent avancer un pion d’une case et cela termine la deuxième étape et la troisième commence.
Jeu ordinaire, obéissant aux règles de déplacement des pièces.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *